Third Place: un domaine stratégique qui transforme le lieu de travail pour le bien-être de chacun

La définition trouve son origine dans l’essai The Great Good Place du sociologue urbain Ray Oldenburg, publié en 1989.

Le premier lieu est la maison, un espace privé et domestique. Le deuxième lieu est le travail, une expérience sociale structurée dans laquelle on passe la plus grande partie du temps. Le troisième lieu est un endroit où l’on se sent chez soi, où l’on se détend et où l’on s’amuse, où l’on se réunit et où l’on partage des idées avec d’autres. Il décrit un lieu hors du domicile et hors du travail.

Le livre parle du Third Place comme du lieu de naissance de forts changements démocratiques (un exemple est le Café pendant la Révolution française), mais dans la société actuelle, ces espaces ont un sens beaucoup plus large.

Chacun de nous a un ou plusieurs Troisième(s) Lieu(x) , bien qu’il ne les ait probablement jamais classées dans son esprit. Ce peut être le bistrot pour l’apéritif après le travail, le parc où l’on peut se promener ou un centre de fitness où l’on peut se détendre.

Le “third place” d’aujourd’hui sont des environnements centrés sur la communauté et ont un fort “you factor” : ils donnent à la personne le sentiment d’être spéciale et en même temps de faire partie d’une communauté. Le résultat ? Le bien-être et le prolongement du temps passé sur place.

Les caractéristiques du Troisième Lieu

Le troisième lieu est structuré (involontairement ou avec un objectif spécifique) pour créer un lien toujours plus étroit entre la personne et le lieu, et par conséquent la marque et ses œuvres. Les caractéristiques essentielles sont huit :

  1. Il s’agit d’un territoire neutre, où les règles du domicile et du travail ne s’appliquent pas.
  2. Il n’y a pas de hiérarchie entre ses visiteurs
  3. Valoriser la conversation
  4. Il est accessible et pratique (tant pour les prix que pour la localisation)
  5. Il a ses habitués
  6. Il est discret et confortable
  7. Il y règne une atmosphère joyeuse
  8. C’est “chez soi mais loin de chez soi“.

Peut-il y avoir un Troisième Lieu à l’intérieur du bureau ?

Selon la définition originale d’Oldenburg (le “premier lieu” est la maison, le “deuxième lieu” le lieu de travail), la réponse rationnelle devrait être “non”.

Cependant, nous vivons dans un monde en constante évolution et la signification du Troisième Lieu a pris aujourd’hui un sens beaucoup plus large, car nous sommes au sommet d’une transformation majeure de l’ensemble du concept de “bureau” et de la manière de travailler.

Avec l’évolution des modèles d’aménagement de l’espace de travail – des bureaux partagés, au travail à domicile et aux lieux de travail à activités réparties – le concept de “troisième lieu” a repris de la vigueur.  Il fonctionnera efficacement si les employés peuvent se déplacer librement et travailler dans d’autres lieux et d’autres zones du bureau que leur bureau. Cette approche les rendra plus performants.

Un “troisième espace” bien conçu peut également accueillir un certain nombre de fonctions différentes en un seul endroit, et il peut non seulement inclure des environnements de bureaux moins formels, mais aussi être représenté par :

  • un espace de collaboration où des réunions informelles peuvent être organisées, où l’on peut rencontrer d’autres personnes, collaborer et se connecter virtuellement, via des ordinateurs portables, à des personnes qui ne sont pas physiquement présentes.
  • une zone de productivité où il est possible d’avoir des chaises longues et des sièges avec accoudoirs pour supporter des tablettes, des tables hautes électrifiées adaptées aux espaces de restauration mais aussi aux brainstormings, des éléments flexibles tels que les bureaux réglables en hauteur qui offrent plus de choix dans la façon de travailler.
  • un espace de détente pour échapper à la monotonie du lieu de travail et se ressourcer dans un environnement plus inspiré, où l’on peut retrouver énergie et créativité.

Le Work Cafe est un exemple, mais ce n’est pas le seul. De plus en plus, les entreprises et les espaces pro-working offrent aux employés de véritables services tels que des jardins, des toits, des salles de jeux, des clubs de gym et des salons rappelant les environnements relaxants d’un centre de bien-être.

 

La variété de ces lieux permet aux employés de choisir, chaque jour, où travailler en fonction de l’activité requise. Des environnements de travail stimulants, des espaces communs multifonctionnels soutenus par des connexions rapides, des mobiliers flexibles et des sièges confortables, favorisent les styles et les attitudes de travail de chacun.

Pourquoi le Troisième Lieu est-il important ?

La technologie moderne a rendu l’équilibre entre le travail et la vie privée moins défini, car elle nous rend toujours traçables, constamment en alerte et prêts à répondre à un courrier électronique, même en dehors des heures de travail.

Nous sommes de plus en plus connectés, mais en même temps nous vivons dans l’ère de l’isolement : nous discutons, mettons like des photos et commentons sur les réseaux sociaux, dans la solitude, sans vraiment satisfaire nos besoins sociaux.

Le Troisième Lieu nous ramène au “monde réel”, en recréant – même artificiellement – les lieux d’agrégation et de bonheur des générations qui nous ont précédés : un antidote ancien à un sentiment d’isolement fortement lié à l’ère moderne.

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter