Selon certaines estimations, les introvertis représentent entre 33 % et 50 % de la population mondiale.

Comment les identifier ? Tout d’abord, bien que similaires dans certains comportements, par une prise de conscience importante : timidité et introversion ne sont pas synonymes.

La timidité est la peur d’être jugé négativement par les autres, souvent liée aussi à un état d’anxiété. La personne timide ne veut pas nécessairement être seule, mais elle se sent bloquée dans ses interactions.

La personne introvertie préfère le calme et la solitude, est dérangée par le chaos et se sent dépassée lorsqu’elle passe trop de temps avec d’autres personnes, surtout si elle ne peut pas prendre la parole.

Dans certains cas, les deux situations peuvent coexister et entraîner des difficultés relationnelles, par exemple lors de réunions d’affaires.

5 stratégies pour soutenir les personnes timides et les introvertis pendant les réunions

Le responsable a pour tâche de faciliter la participation de tous les membres de l’équipe aux réunions et aux tables rondes. Ce n’est que de cette manière que les meilleures idées, fruits des efforts de chacun, peuvent émerger.

Voici quelques actions utiles pour encourager la participation des personnes timides et/ou introverties.

1.    Envoi de l’ordre du jour à l’avance

Ce point devrait en fait être un élément essentiel de toute réunion : le fait de partager l’ordre du jour à l’avance rend la réunion plus efficace.

2.   Répartissez-vous en petits groupes

De nombreuses personnes peuvent être intimidées en présence d’autres personnes : dans ces cas (si possible), il est préférable de les faire participer à des réunions plus petites, en créant des groupes équilibrés entre introvertis et extravertis.

3.   Exploiter les techniques de brainstorming asynchrone

Même les personnes les plus extraverties peuvent avoir des difficultés à s’insérer dans une discussion en présence de collègues à très forte personnalité ou de grands groupes. Lorsque la contribution de chacun est nécessaire, certaines techniques de brainstorming entrent en jeu, permettant aux personnes d’apporter leur contribution à tour de rôle. Nous en avons parlé en détail dans cet article.

4.   Réduire la durée des réunions

Les réunions qui durent des heures sont fatigantes pour tout le monde, mais chez les introvertis, elles ont un poids psychologique plus important. Garder une trace de la durée de la réunion et se donner une limite de temps dès le début permet d’améliorer progressivement l’efficacité des réunions.

5.   Décourager les interruptions

Les actes d’intimidation se produisent souvent pendant les réunions, surtout dans les environnements les plus compétitifs. Il appartient au manager (ou à un modérateur identifié par les RH) de décourager ce type de comportement, même par des réprimandes formelles.

 

Un dernier conseil ? Travailler chaque jour sur la culture d’entreprise, l’inclusion et la diversité, car se sentir accepté et apprécié est la première étape pour s’ouvrir aux autres.

Ecrire un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter