Efficacité du remue-méninge : -11%

Capacité à conserver des relations sociales avec les collègues : -17%

Capacité à interagir en dehors des réunions prévues : -25%

Ces chiffres brefs mais significatifs sont le résultat d’une étude réalisée par WeWork concernant l’impact du travail à distance (total ou hybride) sur la collaboration dans l’entreprise.

Ce qui peut sembler minime à première vue peut avoir un impact majeur sur la compétitivité d’une entreprise à long terme, surtout dans les secteurs en évolution rapide.

La collaboration, qu’elle soit planifiée (dans le cas de réunions, par exemple) ou spontanée (entre les collègues de bureau ou au distributeur de café), peut stimuler la créativité, mettre en lumière des questions cruciales et rapprocher les gens, devenant ainsi un facteur de compétitivité très important.

La distance physique entre les personnes peut rendre plus difficile la création de relations interpersonnelles au sein de l’entreprise, ce qui nuit à son efficacité de l’intérieur.

D’autre part, nous ne pouvons pas oublier les côtés positifs du travail partiellement à distance : moins de temps passé à voyager entre le bureau et la maison, plus de possibilités de se concentrer, possibilité de se connecter depuis des endroits plus agréables que le siège de l’entreprise.

Comment faire coexister ces deux mondes sans perdre en productivité Voici quelques conseils utiles.

Pop-Woody-Frezza-office-furniture

  1. Créer un équilibre entre le travail synchrone et asynchrone

La philosophie traditionnelle des RH est ancrée dans le travail synchrone, où tous les travailleurs sont présents et disponibles au même moment. Cependant, le travail asynchrone peut présenter de nombreux avantages, notamment lorsque certains des travailleurs ne sont pas physiquement présents au bureau.

Par exemple, une personne peut avoir des problèmes avec la vidéoconférence tous les jours à une certaine heure si elle vit près d’une école ou d’un arrêt de tramway. Ou en été, il peut préférer travailler tard le soir parce qu’il n’a pas de climatisation dans sa maison.

La flexibilité permet aux personnes de se sentir plus écoutées au sein de l’entreprise, ce qui les rend plus attentives et proactives lorsqu’elles travaillent ensemble.

  1. Eviter les préjugés sur le leadership

L’une des principales craintes ressenties par les personnes qui travaillent à distance est le sentiment d’être sous-estimé et sous-reconnu par leur supérieur. Souvent, il ne s’agit pas seulement d’un sentiment, mais d’un problème que le manager lui-même doit reconnaître : ceux qui travaillent à distance doivent avoir les mêmes opportunités que leurs collègues au bureau, et vice versa.

Cela peut signifier, par exemple, disposer du même espace de discussion lors des réunions ou recevoir la même charge de travail.

  1. Planifier des contrôles réguliers et individuels entre les responsables et le personnel

C’est la suite logique du point précédent : il est essentiel que le Chef de projet ait une relation directe et constante avec chaque membre de son équipe. Cela permet non seulement de vérifier la productivité et l’efficacité de la personne, mais aussi de comprendre les éventuelles critiques rencontrées par cette dernière.

  1. Programmation de réunions régulières en face à face

Au moins deux fois par an (ou même 4 fois par an), il est bon que toute l’équipe se réunisse au même endroit, ce qui permet à tous les participants d’interagir sans distractions.

  1. Créer des opportunités d’interactions informelles

Même quelques minutes après chaque réunion peuvent être précieuses pour améliorer la confiance entre les membres de l’équipe, en particulier entre ceux qui sont au bureau et ceux qui interagissent sur un écran d’ordinateur. Demander à l’autre comment ça va, échanger une recette, se mettre d’accord sur un apéritif : chaque petit geste est la pierre angulaire d’un objectif bien plus grand.

  1. Éviter la nature statique des “changements”

L’importance accordée au bien-être des employés peut également entraîner une différence de comportement entre les employés sur place et les employés à distance.

Une bonne idée, si les postes de travail au bureau ne suffisent pas à tous, est la “flexibilité du lieu“. La possibilité de travailler dans l’entreprise ou à domicile doit être répartie équitablement entre toutes les personnes, afin d’éviter les récriminations et de conserver l’harmonie dans l’équipe.

Ecrire un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter