Nous parlons souvent de team building, d’engagement, de loyauté envers l’entreprise et de sentiment d’appartenance, car les valeurs fondamentales d’une entreprise doivent se refléter dans sa culture d’entreprise. Toutefois, il peut arriver que ces valeurs ne soient que des déclarations et ne correspondent pas aux protocoles de travail de l’entreprise. Comment savoir si la culture d’entreprise est vraiment positive ?

Voici cinq signes à surveiller, surtout s’ils durent pendant des périodes moyennes à longues.

1.   Une communication peu fluide et transparente

L’un des signes les plus courants concerne la communication : dans les environnements toxiques, elle est souvent opaque (les informations sont cachées aux personnes extérieures à la direction), peu fluide (il n’y a pas d’échange de connaissances entre collègues) et uniquement descendante (les employés ne peuvent pas s’adresser directement à leurs supérieurs).

Les conséquences sont invariablement négatives et affectent le moral, la productivité et la cohésion entre les membres de l’équipe.

2.   Manque d’implication

Le succès et le développement d’une entreprise dépendent de la capacité des employés à exprimer leurs idées ainsi que de l’épanouissement individuel. Un environnement de travail où la coopération, l’enthousiasme et la confiance font défaut stimule la négativité, ce qui entraîne toujours une faible qualité de travail et un taux de rotation élevé.

3.   Planification du travail insuffisante

Que se passe-t-il si les managers ne gèrent pas correctement le travail ? C’est simple : l’équipe perd en productivité et le mécontentement commence à s’accumuler. Ce manque de direction peut se manifester de différentes manières : centralisation des activités, fixation de délais irréalistes, confusion dans la planification ou – dans les cas extrêmes – un climat de peur constante.

4.   Diversité et division en groupe

La diversité est un élément essentiel d’un environnement de travail sain. Des opinions et des idées différentes enrichissent la culture d’entreprise et il est normal de s’entendre avec certains collègues plutôt qu’avec d’autres. En revanche, lorsque des groupes fermés et peu inclusifs (appelés cliques) sont créés, les ragots et le sabotage entre employés deviennent un risque réel.

Il appartient à la direction d’empêcher ces situations de se produire ou de perdurer.

 

5.   Taux élevé de rotation du personnel

Le dernier point est peut-être le plus important. La rotation continue du personnel est le symptôme de problèmes au sein d’une entreprise, surtout si les premiers à partir sont des personnes talentueuses.

Lorsqu’un ou plusieurs signes deviennent apparents, il est souvent temps de confronter sa direction en premier lieu : une bonne communication peut souvent être la clé.

 

Ecrire un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter