La relation entre un manager et son équipe influence directement l’atmosphère de travail et les résultats, même si les stéréotypes existent partout. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les 10 types de managers que vous rencontrez souvent dans les entreprises et sur quelques conseils pour créer une relation de travail profitable.

1.   Le Workaholic

Il travaille le jour, la nuit, le week-end ; son énergie ne semble jamais s’épuiser. D’un côté, cela peut être bon pour atteindre plus rapidement les objectifs de l’équipe (surtout s’ils sont liés à des primes de production), mais d’un autre côté, cela peut entraîner un stress élevé.

L’important est de fixer très tôt des limites claires afin de ne pas mettre en péril l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

2.   Le visionarie

Il voit l’avenir, mais pas toujours le présent et toutes les étapes nécessaires à la réalisation de ses plans. Dans ces cas, il est important de prendre toujours beaucoup de notes (les idées ne manquent jamais !) et d’essayer de rassembler toutes les inspirations de manière structurée.

Les grands créatifs doivent être soutenus par des esprits analytiques pour réussir !

3.   L’engageante

L’entreprise est tout et son équipe doit être au cœur de chaque expérience, projet et événement. Il est un grand motivateur et est toujours prêt à faire beaucoup d’efforts. Cependant, il exige la même chose de son personnel et risque de rendre la situation “trop enthousiaste”.

Comment l’approcher ? Simple : de manière participative, mais avec des limites.

4.   Le meilleur ami

Il se comporte davantage comme un voisin de bureau que comme un manager, car il recherche l’approbation constante de ceux qui l’entourent et est parfois plus préoccupé par les relations que par le travail.

Traiter tout le monde comme des égaux plutôt que comme des subordonnés est un bon moyen de remonter le moral, mais cela peut être négatif si certaines personnes en profitent. L’accent doit donc être mis davantage sur les collègues que sur le manager

5.   Le micro-managernager

Il doit toujours être impliqué dans chaque activité, ce qui nuit à l’indépendance du salarié et souvent à son épanouissement personnel. Comment y faire face ? La solution est la proactivité : envoyer des mises à jour avant qu’elles ne soient demandées est un bon point de départ.

6.   L’entraîneur

Son principal objectif est de motiver, de permettre à chaque collaborateur d’atteindre son véritable potentiel. Malheureusement, il se laisse souvent emporter par l’enthousiasme et est déçu si le résultat souhaité n’est pas atteint.

L’important ici est de fixer des objectifs réalistes et de faire preuve d’ouverture et d’honnêteté lorsque vous rencontrez des difficultés au cours du projet.

7.   Le commandant

Il est ce que l’on appelle un “patron” plutôt qu’un “leader”. Son approche est directe et parfois presque dictatoriale : tout doit être fait exactement comme il le demande, sans délai.

Même s’il n’en a pas l’air, il écoute les propositions : présenter plusieurs solutions, plutôt qu’une seule idée, peut aider à s’attirer les bonnes grâces de ce type de manager, qui sentira alors la situation sous son contrôle (avoir le choix).

8.   Le data manager

Pour ce type de manager, seuls les chiffres comptent, qu’il s’agisse des ventes ou des pourcentages de remise. Il n’est pas intéressé par les commentaires qualitatifs, même s’ils sont très importants.

La seule façon de suivre le rythme est donc de se focaliser sur les données, surtout celles sur lesquelles il est le plus concentré.

9.   Le vieux sage

Il travaille dans la même entreprise depuis des décennies et connaît tous les rouages de l’écosystème commercial, à l’intérieur et à l’extérieur du bureau. Il est réfractaire au changement, surtout lorsqu’il s’agit de méthodes ou d’outils de travail.

Dans ce cas, il est nécessaire de proposer les changements étape par étape, avec patience et en expliquant en détail les avantages et les inconvénients.

10. Le mercenaire

Il ne pense qu’au profit de l’entreprise s’il est propriétaire ou actionnaire, ou à son propre bénéfice s’il est un dirigeant ayant un contrat d’intéressement. Son arme est sa capacité à comprendre immédiatement les forces et les faiblesses de ceux qui sont en face de lui, afin de les exploiter à son avantage. Il s’agit d’une très bonne compétence commerciale, mais elle peut causer des problèmes aux employés et aux subordonnés !

Si tel est le cas, notre conseil est double : faites toujours attention à ce que vous dites et évitez de montrer votre côté le plus vulnérable.

 

Un manager efficace et enthousiaste est un élément clé pour garder une équipe motivée et engagée dans le temps, mais les stéréotypes existent aussi parmi les employés, et dans cet article nous en avons identifié 10.

Ecrire un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter