Les basses rythmées d’une chanson Hip Hop Old School, la majesté de la Chevauchée des Walkyries de Wagner pour se donner un coup de pouce, une musique gaie pour égayer un peu l’atmosphère à la fin d’une longue journée de travail : si vous utilisez le casque au travail pour vous reconcentrer et réduire les distractions, vous avez sans aucun doute une « playlist de bureau », choisie dans les moindres détails.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, alors vous appartiendrez certainement à l’une des deux factions qui prennent parti pour la musique au bureau ou qui s’y opposent. Une question vieille de plusieurs années, mais qui est toujours actuelle et qui n’a jamais trouvé une solution univoque.

Écouter de la musique peut améliorer la productivité

Les travailleurs heureux sont des travailleurs plus productifs.

Nous sommes probablement tous d’accord sur cette affirmation, mais de quoi le « bonheur » d’un travailleur dépend-il ? Selon un sondage de l’entreprise de consultance et de recrutement Robert Half, publié sur Workforce, parmi les nombreux facteurs qu’il faut prendre en considération, on trouve également la possibilité d’écouter de la musique pendant le travail.

La raison est très simple : lorsque nous écoutons de la musique, notre organisme libère de la dopamine qui génère un sentiment de satisfaction. Écouter de la musique avec un casque peut également limiter l’impact de la pollution acoustique, protéger contre le murmure constant et réduire la production de cortisol, connu comme « hormone du stress ».

Attention cependant, la musique au travail ne convient pas à tout le monde

Comme toujours, tout ce qui brille n’est pas or ! Si, pour un travailleur, le riff d’une guitare peut être la meilleure motivation, pour un autre, il peut être agaçant.

Travailler et, en même temps, écouter de la musique signifie être multitâche. C’est un don que toutes les personnes ne possèdent pas et le premier pas à effectuer doit être une prise de conscience personnelle.

Il existe un type de travail qui semble mettre tout le monde d’accord, même les plus grands détracteurs de la musique.

La musique de fond aide à être plus productif lorsque l’on a un travail répétitif.

Les études à ce sujet sont multiples. Celle qui a été publiée en 1972 est l’une des plus citées et à la base de milliers de recherches dans le monde, toutes unanimes à ce sujet.

Les effets négatifs de la musique au bureau

Lorsque l’on n’écoute pas la musique via un casque, mais depuis une enceinte partagée, le risque est évident : il suffit d’une chanson « mal choisie » pour agacer ou distraire irréparablement les collègues. C’est ce qui se passe souvent dans les petits bureaux quand on n’a pas en commun les mêmes goûts musicaux proposés à la radio ou par le collègue qui travaille à côté de vous.

Comme nous l’avons déjà abordé dans nos articles, l’utilisation du casque peut provoquer des problèmes relationnels entre collègues. Le fait de s’isoler pourrait être interprété comme un affront, comme si l’on voulait dresser une barrière et afficher une antipathie ou un désintérêt à leur égard. Si l’on décide d’utiliser un casque au bureau, il faudra s’assurer que tel choix ne gêne pas les autres et essayer de savoir ce qu’ils en pensent afin de trouver une solution optimale.

Quel type de musique peut-on écouter au bureau ?

Vous sentez le besoin de vous isoler un peu avec votre musique pour mieux travailler ? Voici quelques conseils pour créer une playlist parfaite !

  1. Évitez des musiques trop structurées

    Peu de différences entre les notes hautes et basses, peu d’instruments, une unique voix. Une musique trop complexe peut nous obliger à l’écouter avec plus d’attention et nous distraire dans notre activité en cours. Cette recommandation semble ne pas être valable pour la musique classique !

  2. Attention aux paroles

    Parfois, il vaut mieux écouter de la musique que l’on ne connaît pas ou avec peu de paroles pour éviter de créer des associations mentales entre ce que nous écoutons et ce que nous sommes en train de faire. Cet aspect discriminant est particulièrement important pour les tâches qui ont un rapport avec le langage, comme écrire un mail ou un communiqué de presse.

  3. Un genre musical pour chaque tâche

    Selon une étude conduite par le quotidien anglais The Telegraph, la musique classique permet d’obtenir des résultats plus soignés si l’on effectue un travail avec des chiffres, la musique pop accélère la saisie de données alors que la musique électronique améliore l’attention lorsque l’on corrige des épreuves.

  4. À chacun le sien

    Un dernier conseil et peut-être le plus important : N’écoutez jamais une musique que vous n’aimez pas. Mieux vaut l’éteindre. Il n’y a rien de pire que d’écouter une chanson à contrecœur.

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter