On parle souvent de gestion de projet agile dans notre vie quotidienne. De plus en plus d’entreprises adoptent cette philosophie, qui permet d’obtenir un retour sur investissement mesurable dès les premières étapes d’un projet (en le décomposant en petites étapes).

La nature itérative des processus agiles permet d’améliorer l’efficacité en réduisant le temps de mise en œuvre.

Mais laquelle choisir parmi les nombreuses méthodologies fondées sur cette philosophie ? Nous avons déjà parlé de la méthode Kanban : dans cet article, nous nous penchons sur la méthodologie Scrum.

Les principales caractéristiques de la méthodologie Scrum

La base de Scrum est l’identification de quatre éléments : ce qui est à faire, qui fera le travail, comment le travail sera fait et quelle est la date limite. Il s’agit d’une méthode empirique, dans laquelle les processus sont optimisés progressivement au fur et à mesure que les connaissances augmentent.

La méthodologie Scrum comporte trois composantes principales : les rôles, les artefacts et les événements.

Personnes (rôles)

Propriétaire du produit : il connaît toutes les exigences du projet et sert d’interface entre toutes les parties prenantes (entreprise, équipe, client, utilisateurs finaux, etc.).

Équipe : elle est composée de quelques personnes (9 maximum), capables de répondre à toutes les exigences du projet.

Scrum Master : c’est le chef de projet, avec la tâche d’organiser l’équipe et de supprimer les obstacles externes qui pourraient avoir des conséquences négatives sur le résultat final.

Activités (artefacts)

Backlog de produit : il s’agit du document qui comprend la liste de toutes les exigences nécessaires à la réalisation du projet. Il est créé au début, mais est modifié plusieurs fois au cours du projet.

Backlog de sprint : liste des activités à réaliser avant la fin du sprint, une période de temps qui peut aller de 2 à 4 semaines, en fonction du backlog de produit.

Incrément : c’est la somme de toutes les activités du Product Backlog achevées et acceptées qualitativement (généralement par le client).

Événements (planifiés à l’avance)

Planification du sprint : il s’agit de la première réunion, avec tous les rôles, au cours de laquelle le Backlog de produit est présenté.

Scrum quotidien : c’est la mise à jour quotidienne entre l’équipe et le Scrum Master, pour anticiper les activités du lendemain.

Revue de sprint : réunion à la fin de chaque sprint, pour évaluer si les exigences ont été satisfaites.

Rétrospective du sprint : il s’agit d’une analyse qui peut avoir lieu en même temps que la revue du sprint, afin d’évaluer ce qu’il faut maintenir et ce qu’il faut améliorer dans le prochain sprint.

Quels sont les avantages de Scrum ?

Dans la méthodologie Scrum, on élimine les goulots d’étranglement qui peuvent être créés lorsque les décisions relatives au projet sont prises par une seule personne. Le leadership est partagé au sein du projet, tandis que le rôle du Scrum Master est principalement un rôle de coordination et de “protection” contre les événements négatifs externes.

Une plus grande implication de l’équipe présente également des avantages en termes de productivité, car tous les employés sont davantage impliqués dans la réussite du projet.

Quand choisir la méthode Scrum ?

Cela dépend du type de projet et des compétences (soft et hard) des membres de l’équipe. La méthode Scrum convient principalement aux personnes organisées, préparées et responsables, capables de gérer des processus en constante évolution. Quelques exemples ? Le développement de logiciels, la conception d’un nouveau produit technologique ou la création d’un site web.

Ecrire un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter